Plus qu’une simple capture d’image, la photographie est un art. Dans ce domaine, il est possible de se spécialiser et devenir photographe alimentaire, animalier, de mode ou autres. Avant de se lancer dans le métier, il est indispensable de se renseigner. Voici une série d’informations à connaître sur la profession de photographe alimentaire.

Qu’est-ce qu’un photographe alimentaire ?

Le photographe alimentaire capture au moyen de son objectif différents types de recettes de cuisine. Il peut s’agir de plats préparés ou d’associations de divers ingrédients. La photographie culinaire s’applique également aux boissons allant des cocktails aux vins en passant par les spiritueux. Les images sont destinées à alimenter les magazines ou livres de cuisine. Elles s’emploient également dans les publicités et comme ornement sur les emballages alimentaires comme le site du professionnel : http://photographe-culinaire-paris.fr proposant un devis gratuit.

Le rôle du photographe alimentaire est de mettre en scène les images des aliments et boissons. Le but est de faire imaginer les odeurs, les goûts et les textures à celui qui les contemple. L’expert en photographie culinaire fait saliver les papilles à travers les pupilles. Pour réussir un tel exploit, il veille à la disposition de chaque plat de sorte à créer un rendu beau à voir. La position de l’éclairage joue aussi un rôle décisif dans la réussite d’une photographie alimentaire. Grâce à un maniement professionnel, il met en valeur les caractéristiques de chaque recette.

Comment se déroule le travail d’un photographe alimentaire ?

En amont d’une photographie culinaire, il s’effectue un travail de stylisme. Ce dernier consiste à apprêter le sujet ainsi que les composants de l’arrière-plan tels que l’argenterie, les nappes, les verres… Pour ce faire, le photographe alimentaire se fait généralement assister par un styliste culinaire. À défaut, certains professionnels se font former dans les deux métiers, cumulant ainsi les deux fonctions. 

Une image artistique a plus de succès qu’une simple photographie, quel que soit le domaine. En matière culinaire, les touches d’amélioration permettent de faire des captures plus nettes, plus attrayantes et visuellement savoureuses.

Pour réussir dans son domaine, le photographe alimentaire est appelé à faire preuve d’imagination dans ses choix de style. L’un de ses atouts se trouve dans sa capacité à créer des combinaisons inattendues, et ce même en l’absence d’un styliste culinaire.

Comment devenir photographe alimentaire ?

Le métier de photographe alimentaire est conditionné par une formation dans l’une des nombreuses formations débouchant sur la profession. Préalablement au cursus, l’intéressé doit justifier d’un baccalauréat général ou professionnel en photographie culinaire

Alors, il pourra se lancer dans le métier, après deux ans d’étude, avec un BTS ou un Bachelor en photographie. Pour donner plus de poids à ses compétences, l’apprenant peut aller plus loin dans sa formation. Il a la possibilité de décrocher une licence professionnelle en techniques du son et de l’image, spécialité conception et création multimédia. Le « Master Pro Arts, spécialité Photographie » se trouve aussi à sa portée.

Aujourd’hui, il existe de nombreux centres de formation en photographie professionnelle. Accessibles en présentiel et à distance, les cursus permettent d’acquérir les notions techniques nécessaires à l’art de la capture. Pour financer ses études en photographie alimentaire, il existe de nombreuses solutions. Au nombre de ces dernières, l’utilisation d’un compte CPF fait partie des plus prisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.